Etang de Lispach

Facebook
INSTAGRAM

Bienvenue dans l’univers enchanté du lac de Lispach !

photocrati gallery

Dans son élément, le Culâ, vous fait perdre pied dans les charmes. Il ne s’agit ni d’une légende écossaise ni d’un paysage canadien.
Le lac de Lispach se situe dans les Vosges à 5km au sud-est de Gérardmer et à 9km du centre ville de La Bresse.
D’une superficie de 10ha, sa longueur est de 600m, sa largeur de 300m, sa profondeur de 9m et il culmine à 900m d’altitude.
Il est entouré de forêts et d’un sentier qui permet aux simples mortels d’en faire le tour et de l’admirer. Le lac de Lispach est né il y a plus de 10 000 ans.
Un glacier s’est creusé et à la fonte des glaces, le lac s’est formé, une tourbière lacustre s’y est installée puis d’autres petites tourbières ont éclos.
Ceci a été rendu possible de part un climat froid, beaucoup de pluie et des précipitations récupérées par un sol acide.
C’est pour sauvegarder cette histoire que le site est classé et protégé par le Conseil Général des Vosges. La particularité de ce lieu réside en ses tourbières, appelées également faignes, feignes, rieds, charmes ou faings.
Sa principale tourbière est flottante et recouvre complètement sa moitié nord, d’autres, beaucoup plus petites cohabitent sur sa superficie.
Des passerelles placées au dessus de celles-ci permettent de mieux les appréhender.
Il ne faut pas s’aventurer sur les tourbières, elles ne veulent pas de nous, nous mettons les pieds sur des éponges !
Toute leur magie demeure dans leur patrimoine : elles abritent en leur sein des espèces très anciennes, animales ou végétales. Le Culâ est un farfadet malicieux qui ne survit que grâce aux lacs.
Celui de Lispach veille jalousement à la beauté du site mais il a quand même autorisé Yves Auboyer à pénétrer dans son antre.
Pourquoi une telle gentillesse de la part de cet être malfaisant ? Sûrement pour que nous puissions rendre grâce à la nature et nous laisser ensorceler par ses paysages suspendus dans le temps.
Mais aussi pour nous avertir qu’il veille et que l’homme n’a aucune prise sur de telles magnificences.

Laisser un commentaire