Mycologie et photos de champignons

La Mycologie, c’est l’étude de ces êtres vivants répandus sur toute la planète et communément représentés avec un pied et un joli chapeau bombé… Pourtant, les champignons, c’est bien plus que cela, et ce que l’on voit n’est souvent que la partie émergée de l’iceberg ! Passionnants par leur mode de vie, par leur rôle dans l’écosystème, ils sont, dans leur immense diversité, particulièrement photogéniques…

La mycologie : une science pas si ancienne

Depuis combien de temps l’homme consomme-t-il des champignons ? Difficile à estimer, probablement depuis la préhistoire. Mais la première mention écrite connue date du IIIe millénaire avant Jésus-Christ : il s’agit d’une tablette cunéiforme qui mentionne un panier de truffes offert à un roi… Par la suite, les Egyptiens, puis les Grecs et les Romains se sont intéressés à leur aspect comestible, mais aussi à leur toxicité, parfois utilisée à des fins peu recommandables ! A partir du XVe siècle, des ouvrages traitant des plantes décrivent de nombreux champignons. Mais l’étude sérieuse de ces êtres mystérieux et leur classification moderne n’ont véritablement émergé qu’au XIXe siècle. Le professeur suédois Elias Magnus Fries (1794-1878) publie en 1821 un livre qui leur est entièrement consacré, et bien d’autres naturalistes suivront. Aujourd’hui, la mycologie est une science, mais aussi une passion pour de nombreux membres de cercles et d’associations qui cherchent à mieux connaître, observer, comprendre et préserver les champignons.

Des créatures difficiles à classer !

On a longtemps considéré les champignons comme des végétaux. Pourtant, ils ont aussi des points communs avec les animaux : ils se nourrissent de matière organique, leur paroi cellulaire est parfois faite de chitine, comme la carapace des insectes … Aujourd’hui, ils forment officiellement l’un des six règnes du vivant : celui des Fungi. On estime qu’il en existe plus d’un million et demi d’espèces de champignons sur la planète, dont seulement deux ou trois cent mille sont décrites à ce jour. Le champignon peut être unicellulaire, comme la levure de bière, ou se présenter sous forme de mycélium, ces longs filaments souterrains en réseaux : ce que nous cueillons et appelons « champignon » n’est en réalité que sa fructification, le sporophore, l’organe porteur des spores !

Les champignons : des êtres vivants très sociables… et fort utiles !

Les champignons ont un rôle écologique essentiel dans la nature. Une bonne partie d’entre eux, au qualificatif évocateur de « saprophytes », se nourrissent de substances organiques provenant de la décomposition des plantes et des animaux. Ils contribuent ainsi à parfaire leur dégradation et à rendre disponibles leurs minéraux. D’autres champignons, parasites, nous sont plutôt nuisibles, comme les « candida albicans » qui provoquent des mycoses… D’autres enfin sont symbiotiques, c’est-à-dire qu’ils vivent en parfaite entente avec d’autres êtres vivants, pour le plus grand bénéfice des deux parties ! Ainsi, les lichens sont constitués de 90% de champignon et le reste, ce sont des bactéries ou des micro-algues. Mais surtout, de nombreux arbres et plantes ont besoin de leurs compagnons symbiotiques tout simplement pour vivre ! Mycélium et racines forment ensemble des « mycorhizes », qui permettent à chacun de puiser et d’échanger la nourriture dont il a besoin… Les truffes, chanterelles et bien d’autres font partie de ces assistants indispensables.

Le bonheur du photographe…

Dans leur environnement mousseux, feuillu, humifère, tout en nuances de vert et de brun, les champignons se dévoilent à qui ouvre l’œil et marche doucement… Ils présentent tant de formes, de textures et de couleurs que c’en est un plaisir infini. L’univers mycologique est riche en rencontres et en surprises, il offre mille possibilités de clichés. Ici, on découvre un « rond de sorcière », ce cercle de champignons qui signe l’expansion d’un réseau de mycélium ; là, on croit tomber sur une pieuvre rougeâtre qui n’est qu’un anthurus d’archer ; plus loin, on a envie de caresser la rondeur douce d’une vesse de loup ; ailleurs, on s’émerveille de la finesse d’un marasme ou d’un bouquet de lentins en colimaçon…

Visitez ma galerie de photos de champignons

Articles liés

Laisser un commentaire